17
Mar, septembre

Tractations pour la présidentielle de 2016 : Les options suicidaires du PRD de Me Adrien Houngbédji

Politique
Typographie

Tantôt les barons du Parti du renouveau démocratique (PRD) promettent soutenir le candidat du camp présidentiel, tantôt ils se disent prêts à accompagner l’opposition pour arracher le pouvoir au régime en place. La formation politique de la deuxième personnalité de l’Etat béninois est engluée dans les dédales de calculs politiciens  et il faut craindre que la  ruse mise en avant ne se retourne contre Me Adrien Houngbedji sur ses choix pour  l’horizon 2016

La position du PRD sur l’échiquier politique national est ambigüe en cette veillée d’armes pour le scrutin présidentiel devant aboutir à la succession du Président Boni Yayi. Courtisée aussi bien par l’opposition que par la majorité présidentielle, la formation politique du Président de l’Assemblée Nationale n’est pas dans une  logique de franc jeu sur l’espace politique pré-électoral. Le Parti du renouveau démocratique (PRD), dans sa position de faiseur de roi, compte bien jouer un rôle de premier dans le futur camp présidentiel. Pour parvenir à ses fins, il use d’une approche politique hypocrite qui consiste à s’installer dans deux camps politiques antagonistes. Il est vrai que Me Adrien Houngbédji et les siens se trouvent à la croisée des chemins dans le cadre de la future présidentielle après plus de vingt ans passés dans la minorité démocratique. Mieux, Me Adrien Houngbedji est forclos et malgré la pression des cadres du parti sur leur leader charismatique pour qu’il leur montre le candidat qui défendra le flambeau des Tchoco-Tchoco à l’élection présidentielle de 2016, rien n’y fit. Le président du parti arc-en-ciel continue d’entretenir le flou tout en faisant parallèlement des propositions d’alliances aux grandes coalitions du pays. Certes, on peut comprendre que le PRD pour avoir longtemps fait l’opposition, s’inscrive désormais dans une dynamique de figurer dans la majorité présidentielle à l’issue du scrutin présidentiel de 2016. Dès lors, il est clair que cette formation politique joue son va-tout car son objectif, c’est d’intégrer enfin la future majorité présidentielle à compter du 06 avril 2016. Mais là où la stratégie  du parti des « tchoco tchoco » pose problème, c’est que Me Adrien Houngbédji et ses militants fragilisent tous les partenaires politiques qu’ils approchent. Ils font des demi-ouvertures en direction aussi bien de la majorité présidentielle qu’envers les forces politiques de l’opposition, le temps de les infiltrer, de leur soutirer des secrets de stratégies politiques puis enfin de vendre la mèche au camp adverse, histoire d’y laisser bonne impression.

Ainsi à ce jour, l’opposition et le camp présidentiel composent indifféremment avec le PRD comme un partenaire stratégique. Pourtant, une telle position pleine d’ambigüité peut se révéler comme un couteau à double tranchants qui cisaille de part et d’autre. En effet, depuis quelques semaines, selon des indiscrétions dignes de foi,  un groupe de réflexion  stratégique regroupant des acteurs politique du PRD, de l’alliance Union pour le Bénin (UB), l’alliance Eclaireur et des Forces cauris pour un bénin émergent (FCBE) a été initié dans la perspective de la présidentielle de 2016. L’objectif visé est de travailler pour baliser le chemin pour un candidat capable d’accéder au pouvoir après Boni Yayi. C’est d’ailleurs pour donner corps à l’ouverture politique annoncée par la majorité présidentielle que ce groupe de réflexion a été créé. Fort curieusement, le même PRD se retrouve dans les tractations de création d’un regroupement  politique réunissant les forces politiques de la coalition hétéroclite de l’opposition ayant porté Me Adrien Houngbédji au perchoir de l’hémicycle à trois mois du scrutin présidentiel de 2016. On s’aperçoit donc que le PRD s’inscrit dans la dynamique d’obtenir le beurre et l’argent du beurre à la fois. Cette option politique peut se révéler suicidaire pour l’organisation politique de Me Adrien Houngbédji parce qu’à un moment donné les deux camps politiques qui courtisent ce parti vont finir par se rendre à l’évidence du manque de sincérité dans l’approche du PRD pour 2016. Ainsi, même si le parti parvenait à intégrer la future majorité présidentielle par ces stratagèmes, il ne sera pas étonnant qu’il se retrouve isolé par la suite dans la gestion de la victoire.

MDM

Annonce

Nous suivre

facebook joomla likes module
Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.