21
Dim, octobre

Malgré la décision DCC 17-023 du 02 février 2017 de la Cour constitutionnelle signifiant au président de la République, Patrice Talon, que la nomination des nouveaux membres de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (ARCEP) est contraire à la constitution, l’ex-ministre de la communication, Rafiatou Monrou, a continué par collaborer avec le bureau contesté de l’ARCEP. Par une nouvelle décision, la Cour revient à la charge en faisant comprendre par les termes appropriés que Rafiatou Monrou a violé la Constitution quand elle était encore en fonction.

Le député Guy Dossou Mitopkè, Secrétaire général du Parti "Restaurer l’Espoir" n’est plus membre du groupe parlementaire "Union fait la Nation" à l'Assemblée nationale. Il a notifié sa démission au président du parlement, Me Adrien Houngbédji, par correspondance en date du 31 octobre 2017.

Alassane Zoumarou perd son fauteuil de maire de la commune de Djougou. Il a été destitué par ses pairs conseillers au terme d’un vote de défiance organisé à son encontre ce lundi 30 octobre 2017.

Le président Patrice Talon, a remanié, son équipe gouvernementale, ce 27 octobre 2017. Si ce nouveau Gouvernement  permet au Chef de l’Etat de roder sa machine, il reste néanmoins une source de curiosité par sa simplicité et sa capacité à relever les grands défis du quinquennat.

Le deuxième gouvernement du président Patrice Talon, rendu public, le 27 octobre, continue de nourrir les commentaires. Fort de 22 ministres, la nouvelle équipe gouvernementale compte zéro député. Cette fois-ci,le Président de la république a préféré tenir bien à l’écart de la table gouvernementale les recrues parlementaires réputées pour leurs revirements spectaculaires.

Le nombre de conseillers communaux opposés à la gestion du maire de Lokossa, Pierre Awadji passe de 10 à 11. Le nouveau conseiller ayant rejoint le rang des frondeurs l’a clairement fait savoir à l’occasion de la session extraordinaire du conseil communal, convoquée pour ce lundi 30 octobre 2017.

Les étudiants des universités publiques du Bénin pourront continuer à payer les 15 000 FCFA comme frais d’inscription au sein de leur établissement. Le gouvernement ne voudrait plus revoir à la hausse le tarif des inscriptions, cette année, comme l’avait annoncé la Ministre de l’enseignement supérieur, Marie-Odile Attanasso. Invité ce dimanche 29 octobre 2017 dans l’émission « 90 pour convaincre » diffusée sur la Radio nationale, elle a déclaré que cette décision n'est plus d'actualité.

Plus d'articles...

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.