19
Jeu, octobre

Bénin : Talon réactive la révision de la constitution

Politique
Typographie

A l’occasion de la présentation des vœux des institutions, vendredi dernier, le dossier de révision de la constitution est revenu sur le tapis, entre les lignes des différentes interventions. Subrepticement, Patrice Talon a appelé les députés à l’accompagner sur sa lancée, fort du soutien que lui garantit au passage, le patron du parlement. Ce ne serait donc pas surprenant de voir le dossier rebondir sur la table du parlement dans les  prochains jours, pour entrer dans sa phase active.

La révision de la constitution était annoncée pour fin 2016. Si le chef de l’Etat a manqué ce pari, il est loin de s’avouer vaincu. Minutieusement, Patrice Talon pousse ses pions, dans une orchestration qui semble dompter les parlementaires longtemps mis de côté sur la question. Qu’il vous souvienne, le chef de l’Etat avait esquissé une approche procédurale qui relègue le parlement à une simple caisse de résonnance, avant d’être rappelé à l’ordre par la cour constitutionnelle. Depuis, chaque camp semble mettre de l’eau dans son vin.

La belle preuve, à l’occasion de la présentation des vœux des institutions au chef de l’Etat, Adrien Houngbédji, patron du législatif semble donner un blanc seing au chef de l’Etat, lui vouant un soutien au-delà des attentes. « Les reformes, dans un état en construction, sont soumises aux tribulations contextuelles, circonstancielles, sociales et politiques. Toute reforme conduit a des changements de comportements, de précédés et, souvent, de mode de vie ; elle est douloureuse à l’évidence et parfois difficile à accepter. Mais elle est nécessaire au progrès de toute communauté. Ce sera aussi le cas pour celles que vous engagées ou que vous engagerez » postule Me Adrien Houngbédji, à l’endroit de Patrice Talon. Difficile de ne pas voir dans cette posture, une adhésion au projet de reforme constitutionnelle, chère au chef de l’Etat. En tout cas, cette prédisposition du patron du parlement est bien décryptée et favorablement accueillie par Patrice Talon qui n’en demandait pas mieux.

Saisissant la balle au rebond, Patrice Talon achève le plaidoyer à l’endroit de tout le gratin institutionnel de la République. « … il nous faut un consensus facile dans les réformes. Et le Bénin a toujours donné la preuve du consensus », exhorte-t-il, abondamment relayé par la presse locale. Difficile de ne pas y voir un retour bien orchestré du projet de révision constitutionnelle, qui, il y a quelques mois encore, faisait l’objet de tirs groupés.

Bruno O. OTEGBEYE

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.