22
Dim, octobre

Bénin / Au sujet d’un second mandat présidentiel : Talon souffle le chaud et le froid

Politique
Typographie

Au cours d’une rencontre tenue à Paris le samedi 07 octobre  avec la diaspora béninoise en France, le Président Patrice Talon est revenu sur l’épineuse question d’un second mandat au terme de son quinquennat en cours. L’actuel président de la république du Bénin élu le 20 mars 2016 sous le thème de campagne d’un mandat unique de cinq ans, laisse la question désormais ouverte. Ses dernières déclarations à Paris samedi dernier ajoutent une couche à une polémique sur laquelle le président Patrice Talon souffle le chaud et le froid liant son ultime décision aux aléas de son quinquennat actuel.

 « Il n’y a aucune raison que je continue de proclamer haut et fort que je ne serais pas candidat à un 2ème mandat ». C’est en substance la déclaration faite le samedi 07 octobre dernier par le président Patrice Talon face à la diaspora béninoise en France, répondant à son invitation  à Paris.

Comme il fallait s’y attendre, cette déclaration ne laisse pas indifférents les millions de Béninois de l’intérieur comme de l’extérieur et à juste titre. Depuis  l’échec, le 04 avril 2017,  de son projet de révision constitutionnelle, le président Patrice Talon avait déjà lui-même tiré un trait sur le thème de la campagne électorale qui l’avait porté au pouvoir en avril 2016 à savoir que s’il était élu, il ne ferait qu’un mandat unique de cinq ans. Il est vrai, depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous le pont et le discours du président béninois sur la question du mandat unique a notablement évolué. La déclaration de Paris  sur le même sujet le 07 octobre dernier, n’ajoute en réalité qu’une couche à une polémique que le président Patrice Talon prend à n’en point douter du plaisir à entretenir.  Car, en dépit des nuances apportées sur le sujet cette fois-ci, le locataire du palais de la Marina laisse subsister le doute sur ses réelles intentions en 2021.

Clair sombre ?

Malgré son caractère affirmatif, le président Patrice Talon s’est donné cette fois-ci un point d’honneur à nuancer ses propos sur son second mandat en 2021.

En répondant à la diaspora béninoise en France dont l’un des membres soulevait cette question presqu’attendue,  le président de la république a d’abord été direct.  « Il n’y a aucune raison que je continue de proclamer haut et fort que je ne serais pas candidat à un 2ème mandat », lâche quasiment péremptoire Patrice Talon avant d’expliquer plus amplement ses intentions.

« Celui qui a le regard tourné vers un second mandat n’a pas le temps de travailler… Ce qui se passe maintenant me donne raison. Nous avons entrepris des réformes courageuses. …Mon diagnostic est vrai, l’idéal est d’instaurer un mandat unique… J’ai tout fait pour qu’il en soit ainsi mais je n’ai pas été suivi….Peut-être que le moment n’était pas opportun. Je peux être fataliste mais en général je ne suis pas un looser... Donnons le meilleur de nous-mêmes à chaque instant, prenons les bonnes décisions. 2021 est encore loin…. Si la révision ne passe pas, est-ce que je dirai que je ne suis pas capable de continuer? On appréciera le moment opportun… », s'est défendu l'actuel président béninois.

Dans ces propos, il est aisé de constater que le président Talon souffle le chaud et le froid dans un discours indécis où persiste du clair sombre. Car ses propos abordent bien d’autres aspects comme  son amour de faire la fête avec ses amis, toutes choses que ses fonctions actuelles ne lui donnent pas le temps de bien en profiter. Il a aussi évoqué la question de la santé tant la fonction présidentielle exige une débauche d’énergie. Un second mandat en demandera plus. Bref, le président Talon finira par  réitérer qu’il n’a pas d’aversion pour la fonction présidentielle et que les circonstances à venir lui imposeraient la décision ultime sur un second mandat.

Comme la première fois au lendemain de l’échec de la première tentative de révision constitutionnelle, Patrice Talon laisse la question du second mandat bien en suspense. Une attitude que réprouve une large opinion de Béninois qui veulent bien voir les acteurs politiques tenir leurs promesses électorales. Car pour ceux-là, le président Patrice Talon pendant la campagne électorale avait bien clamé haut et fort que s’il était élu, il ne ferait qu’un seul mandat de cinq ans sans lier en ce moment-là sa promesse à une quelconque révision de la constitution. Tous ces Béninois  disent l’attendre désormais de pieds fermes, le moment venu, pour le lui rappeler.

Bernadin MONGADJI

 

 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.