22
Dim, octobre

Bénin : Comment Patrice Talon veut faire sombrer son quinquennat

Politique
Typographie

Lors de son dernier séjour en France, le président Patrice Talon a laissé entrevoir la probabilité qu’il brigue un second mandat, au terme du quinquennat en cours. Si la constitution du 11 décembre 1990 encore en vigueur ne l’en empêche aucunement,  le Chef de l’Etat élu sur le serment d’un mandat unique renierait ainsi sa parole. Patrice Talon pourrait alors faire sombrer son mandat actuel dans la quête d’un second tout encore hypothétique.

Pendant la campagne de l’élection présidentielle qui l’a porté au pouvoir, Patrice Talon est le seul candidat ayant axé sa stratégie électorale sur le thème d’un mandat unique. Il en avait profité pour vanter les bienfaits de ce type de mandat et exposer amplement les revers  de la quête d’un second mandat sur l’action d’un chef d’Etat en fonction.

Les risques  avancés alors par le candidat Patrice Talon étaient qu’obnubilé par un second mandat, le président de la république en exercice ne pourra jamais avoir l’audace d’engager les réformes  impopulaires ou à tout le moins il pourrait reporter certains grands travaux  sur un second mandat hypothétique. C’est un candidat qui avait juré la main presque sur le cœur que s’il était élu, il ne ferait qu’un mandat unique. A aucun moment pendant la campagne électorale de la présidentielle de 2016, il n’avait subordonné sa promesse à une révision ou non de la constitution du 11 décembre 1990.

Un quinquennat hypothéqué ?

 

Les déclarations récentes du président Talon n’écartent pas la possibilité qu’il se représente en 2021 pour un second mandat, au terme du quinquennat en cours. Cette hypothèse désormais plausible, met en lumière l’activisme de l’exécutif sur le terrain politique notamment la propagande autour du Programme d’Actions du Gouvernement ( PAG) et surtout les réformes électorales en cours notamment et dont le Recensement administratif initial à vocation d’identification de la population n’est qu’un signe avant-coureur.

La course effrénée pour un second mandat pourrait déteindre  sur le mandat en cours dont les Béninois attendent de voir les premiers impacts sur l’amélioration de leur existence près de deux ans après l’avènement du président Patrice Talon.

Le président de la république qui connait bien les risques liés à la quête d’un second mandat, aura donc choisi en toute connaissance de cause de faire sombrer  le quinquennat en cours  qui n’affiche pas encore grand’chose  au compteur susceptible d’enthousiasmer  la majorité des Béninois.  Les risques encourus, le président Patrice Talon les a suffisamment développés pour savoir les conséquences attachées à la violation de sa parole de ne faire qu’un seul mandat à la tête du Bénin.

Bernadin MONGADJI

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.