18
Sam, novembre

Bénin / Deuxième Gouvernement : Talon tient les députés bien à l’écart

Politique
Typographie

Le deuxième gouvernement du président Patrice Talon, rendu public, le 27 octobre, continue de nourrir les commentaires. Fort de 22 ministres, la nouvelle équipe gouvernementale compte zéro député. Cette fois-ci,le Président de la république a préféré tenir bien à l’écart de la table gouvernementale les recrues parlementaires réputées pour leurs revirements spectaculaires.

L’une des grandes surprises du deuxième gouvernement du Président Patrice Talon, est l’absence de recrue provenant des 83 députés de l’Assemblée nationale. Contrairement à son premier gouvernement le 06 avril 2016 dans lequel, on pouvait dénombrer trois députés notamment Joseph Djogbenou, Candide Azannaï et Sacca Lafia, Patrice Talon, a préféré tenir cette fois-ci les parlementaires bien en à l’écart de la table gouvernementale.

 Ce changement de cap ne devrait pas être une action anodine. Patrice Talon semble encore avoir dans le ventre les frustrations liées au départ  de son gouvernement du tonitruant Candide Azannaï, un de ses premiers et inconditionnels soutiens.

Selon les usages sans être une obligation constitutionnelle, le Parlement, haut lieu de la politique, a toujours fourni, un fort contingent aux différents chefs de l’Etat lorsqu’il s’agit de former leur gouvernement. De Soglo à Kerekou en passant par Yayi, chacun de ces présidents a eu à s’approvisionner généralement sur le marché parlementaire pour meubler son équipe gouvernementale.

Réalisme

L’absence de députés dans son deuxième gouvernement, selon les indiscrétions, n’est pas du fait du Président Talon.

Les débats sur le sujet au sein des différents groupes de la majorité parlementaire à l’effet de proposer chacun un nom, se sont révélés être un exercice périlleux pour les leaders de chaque groupe.

Si en bon Béninois certains présidents de groupe parlementaire de la majorité se sont appliqués l’adage « On n’est mieux servi que par soi-même », les propositions bien saines pour d’autres ont donné du fil à retordre au Chef de l’Etat. Les risques  que l’appel de certains députés à enter au gouvernement n’entraîne l’entrée au parlement de leurs suppléants yayistes, ont  dû faire flop à certains projets. En désespoir de cause, Patrice Talon a changé sa stratégie.

Il s’en remettra à Adrien Houngbedji, Bruno Amoussou  et Mathurin Coffi Nago pour lui proposer chacun un nom parmi les cadres de leurs formations politiques respectives. Serge Ahissou, Adam Bintou et Mahougnon Kakpo sortiront de ces propositions.

Dans le nord du Bénin, Modeste Kerekou dans l’Atacora et Sam Séidou Adambi dans le Borgou, sont apparus pour le Chef de l’Etat comme des choix judicieux pour contrer d’autres propositions plus embarrassantes.

Au finish, aucun député ne siégera plus dans ce deuxième gouvernement bien que les intentions n’ont point manqué pour ces derniers.

 

Le président Talon après le cas de Candide Azannaï, veut bien se méfier des politiciens pur sang aux revirements spectaculaires. Il a plutôt joué la carte du réalisme et de la prudence politiques.

B.M

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.