16
Mer, octobre

Barrage hydroélectrique d’Adjarala : Le Bénin et le Togo appellent l’Union africaine au secours

Société
Typographie

Le ministre béninois de l’énergie, Jean-Claude Houssou et son homologue togolais, Marc Ably-Bidamon, à la tête d’une mission conjointe étaient les 12 et 13 juillet derniers au cabinet du président guinéen et actuel président de l’Union Africaine (UA), Alpha Condé. Cette visite s’inscrit dans le cadre de la mobilisation du financement pour la construction du barrage hydroélectrique d’Adjarala. Les deux ministres ont, à cet effet, introduit un plaidoyer auprès du président de l’Union Africaine.

Jean-Claude Houssou et Marc Ably-Bidamon respectivement ministre de l’énergie du Bénin et du Togo, ont conduit les 12 et 13 juillet derniers, une mission conjointe en Guinée Conakry, dans le cadre de la mobilisation des ressources financières pour la construction du barrage hydroélectrique d’Adjarala.

Le but de ce déplacement conjoint en guinée, selon des membres de la mission, est d’introduire un plaidoyer auprès de l’Union Africaine (UA) dans l’espoir d’obtenir des financements pour la construction de ce barrage commun au Bénin et au Togo. La délégation ministérielle a donc été reçue en audience par le président guinéen et président en exercice de l’UA, Alpha Condé.

Après avoir apprécié la pertinence et la qualité du projet, le président de l’UA  a recommandé aux deux chefs de file de la mission bénino-togolaise de mettre sur pied une équipe technique qui se réunira très rapidement pour constituer un dossier à soumettre au Conseil d’administration de « l’Initiative pour les Energies Renouvelables de l’Union Africaine » dès septembre 2017 à New-York. L’équipe technique aura pour tâche de restructurer le projet en différentes composantes afin de pouvoir négocier son financement.

A en croire le président de l’UA, l'atout de ce projet, au-delà de son importance économique et sociale, est la disponibilité des études de faisabilité, techniques et économiques ainsi que les études d’impact environnemental et social, ce qui le rend plus intéressant et bancable.

En attendant la constitution des dossiers, la mission benino-togolaise est repartie de Conakry très satisfaite et plein d’espoir quant à la réalisation de ce projet bipartite qui a du plomb dans l’aile depuis plusieurs années en raison du défaut de mobilisation de ressources financières par les Etats béninois et togolais.

Ariel GBAGUIDI / beninmondeinfos.com

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.