22
Dim, octobre

Bénin / Grève des agents de santé : Lucien Toko relève des incohérences

Société
Typographie

Le directeur de cabinet du ministre de la santé, Lucien Toko, est intervenu ce 10 octobre 2017 sur la Radio nationale, au sujet de la grève du personnel paramédical de plusieurs hôpitaux du secteur public. Il dénonce la position aléatoire des syndicalistes qui tentent de saper les efforts du gouvernement visant à mettre fin à leur mouvement d'humeur.

« Dire que le gouvernement ne fait rien, ce n’est pas juste parce que depuis le déclenchement de cette grève, le ministère de la santé les a reçu plusieurs fois. La semaine dernière, le ministre d’Etat Bio Tchané les a également reçu...», a déclaré le directeur de cabinet du ministre de la santé, Lucien Toko, au micro de nos confrères de la Radio nationale.

L’autorité explique que les grévistes ont formulé 17 points au titre de leurs revendications dont 3 prioritaires à savoir : prime de motivation (qui date de 2007), de logement (qui doit être revalorisée) et leur prime de risques. Tout cela est de l’ordre de « 10 milliards de FCFA », a fait savoir Lucien Toko avant d’ajouter plus loin, que le gouvernement a un problème de ressources financières et donc ne saurait satisfaire toutes les revendications.

Egalement, le syndicat du personnel paramédical a demandé une copie du rapport de la commission technique de réformes. Ce qui leur a été remis. Il a ensuite demandé que le chef de l’Etat mette fin à la mission des membres de la commission afin qu'une autre commission dont ils feront partie sous mise en place, et que le rapport passe en conseil des ministres et qu’ils aient les résultats.

« Nous leur avons dit que ce n’est pas de leur ressort de demander au chef de l’Etat de dissoudre une commission. Pour le troisième, le gouvernement a estimé que ce n’est pas à lui de mettre en place une commission. On leur a remis le rapport, ils sont à même de faire des propositions qui seront prises en compte… », a-t-il expliqué.

A en croire, Lucien Toko, les syndicalistes sont partis et sont revenus à la charge une nouvelle fois en changeant de priorité et en exigeant coûte que coûte la mise en place de la commission dont ils feront partie. Sans quoi, la grève se poursuivra. Une menace qu’ils ont d'ailleurs mise à exécution car, la grève de 72 heures a été reconduite ce mardi 10 octobre 2017.

Ariel GBAGUIDI / beninmondeinfos.com

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.