17
Mar, septembre

Joseph Djogbénou : « Les parquets seront sans état d’âme lorsqu’il s’agira de réprimer la criminalité économique »

Bénin
Typographie

Joseph Djogbénou a abordé, dans une sortie médiatique, ce mardi 08 novembre 2016, l’affaire de 18 kg de cocaïne découvert au port de Cotonou. Le Garde des Sceaux a martelé que la justice béninoise sera impitoyable dans la répression des crimes économiques.

 « Je voudrais le dire à toutes et à tous, notre opinion publique… je voudrais insister sur les priorités en matière de justice pénale, les parquets seront sans état d’âme lorsqu’il s’agira de réprimer (…) la criminalité économique et lorsqu’il s’agira de réprimer le trafic de stupéfiant », a martelé le ministre Joseph Djogbénou ce mardi 08 novembre 2016. Le Garde des Sceaux recadre le débat par rapport aux Béninois ayant souhaité une intervention de l’exécutif pour écourter la garde à vue de Sébastien Ajavon. Le trafic de la drogue relevant de la criminalité économique, il est impérieux que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur. Joseph Djogbénou opte désormais pour l’application intégrale de la législation en vigueur au Bénin. Avis donc à ces individus qui s’adonnent aux trafics illicites de tout genre. Plus question de compter sur une quelconque intervention du régime de la rupture lorsqu’il s’agit de dossiers pendants devant la justice. « Je voudrais le dire à toutes et à tous, notre opinion publique qu’à partir du moment où le circuit judiciaire est saisi et cela commence par les officiers de police judiciaire, le ministre de la justice n’intervient plus ». « C’est une règle que nous nous sommes imposés et c’est une règle qui sera appliquée », a-t-il ajouté. C’est ainsi que le ministre de la Justice clarifie le silence du gouvernement lors du feuilleton judiciaire du patron des patrons béninois, Sébastien Ajavon, il y a quelques jours. Me Djogénou  a indiqué que dans le cadre de toute affaire dont la justice se sera saisie, il appartiendra aux autorités judiciaires d’informer l’opinion. Ce rôle n’est pas dévolu au gouvernement. Cette sortie remet en selle le principe sacro saint de l’indépendance du pouvoir judiciaire par rapport au pouvoir politique.

 Christophe SESSOU

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.