07
Sam, décembre

Madagascar : L’invasion de crapauds toxiques menace la santé publique

Afrique
Typographie

Découverts pour la première fois en 2010, des crapauds  d’Asie ont envahi   Tamatave, une ville du midi malgache. Vu leur toxicité, ces bêtes peuvent constituer un problème de santé publique si rien n’est fait pour les éradiquer.

 ls sont estimés à 4 millions au Sud de  la ville de Tamatave. Eux, ce sont des crapauds toxiques envahisseurs présents dans cette ville de Madagascar depuis quelques années. Venus d’Asie, ces crapauds migrateurs  progressent de deux kilomètres chaque année sur le territoire de 100 kilomètres carrés.  Cette arrivée massive  des bufonidae  ne sera pas sans conséquences sur  l’île.  Ces étranges crapauds  constituent un problème pour le territoire insulaire vu leur toxicité, selon le docteur James Reardon, chercheur du service de Conservation du gouvernement de Nouvelle-Zélande. Les conséquences sur l’écosystème insulaire sont déjà visibles  sur l’île, selon le scientifique cité par RFI. Les espèces végétales recouvrant la superficie envahie  sont l’objet d’une menace de disparition. Aussi, « ils peuvent tuer leurs prédateurs ».  Ils peuvent mettre en péril la vie de tout animal qui  en fait sa proie. Cela revient à une seconde menace pour l’écosystème. Le pire est que les Insulaires se nourrissent de grenouilles. Ainsi, ces crapauds pourraient par mégarde se retrouver dans le plat des habitants de Tamatave et environs. Et là, le risque de décès par empoisonnement alimentaire est énorme selon le chercheur James Reardon. Les impacts économiques d’une telle invasion sont également à craindre selon le scientifique. Des pays comme l’Australie sont réticents à l’importation de biens en provenance des pays envahis par ces bestioles. Mais aussi, la lutte contre ces animaux s’avère financièrement onéreuse. Il va falloir selon l’équipe du docteur « 3 à 5 millions de dollars sur 5 à 7 ans ».

 Mais lorsqu’on compare les coûts  de la lutte  contre les crapauds et les risques écologiques et sanitaires, il y a urgence d’agir surtout que ces animaux sont en progression vers des zones comme « les Pangalanes où ils seront beaucoup plus difficiles à atteindre ». Une action urgente est attendue de la part des pouvoirs publics malgaches avec l’appui de la communauté internationale pour mettre fin à cette invasion de crapauds toxiques d’Asie.

 Christophe SESSOU

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.