22
Dim, octobre

Présidentielle du 26 octobre 2017 : Après le retrait de Raila Odinga, le Kenya retient son souffle

Afrique
Typographie

L’annonce du retrait de la candidature de Raial Odinga  dans le cadre de l’élection présidentielle du 26 octobre 2017, a créé un précedent inédit au Kenya. L’opposant et challenger du président Uhuru Kenyatta plonge le processus électoral dans l’incertitude ne manquant de donner du tournis à la commission en charge de l’organisation du scrutin présidentiel.

Le mardi 10 octobre, l’opposant Raila Odinga  arrivé deuxième au scrutin du 08 août avant qu’il ne soit annulé par la cour suprême, a annoncé son retrait de la course présidentielle prévue pour se dérouler le 26 octobre prochain. Cette volte-face pour la moins inattendue crée un précédent grave dans le processus électoral  mais aussi dans le droit positif Kenyan.

En l’absence de garanties susceptibles de crédibiliser le scrutin du 26 octobre, Raila Odinga a preferé jeter l’éponge pour dit-il ne pas cautionner l’imposture.

« Tout indique que l’élection prévue le 26 octobre sera pire que la précédente », a-t-il ajouté, estimant que son retrait implique que l’élection du 26 octobre doit être « annulée » et qu’un nouveau processus électoral doit être organisé à une date ultérieure.

Passé l’effet boule neige ayant suivi son retrait fracassant, Raila Odinga ouvre aussi une bataille juridique ardue sur les textes régissant l’organisation du scrutin présidentiel. Déjà , il y a quelques jours, le président Uhuru Kenyatta a introduit  au parlement  en procédure d’urgence une réforme de la loi électorale à l’effet de limiter le pouvoir de la Cour suprême. Une réforme contre laquelle des milliers de partisans de l’opposition ont réagi en protestant dans les rues de Naoribi avant de se faire charger  et disperser par les forces de sécurité.

 

Naturellement, l’annonce du retrait de Raila Odinga devrait amener l’IEBC en charge de l’organisation du scrutin présidentiel  à remanier le calendrier électoral en annulant la date du 26 octobre prochain prévue pour la tenue du scrutin présidentiel.

 

En attendant, le Kenya retient son souffle mais les partisans de l’opposant Raoul Odigan continuent de multiplier les pressions dans les rues sur le gouvernement. 

T.A.S

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.