18
Sam, novembre

Kenya : Incertitude sur la tenue de la Présidentielle le 26 octobre

Afrique
Typographie

Le processus électoral pour la tenue de l’élection présidentielle le 26 octobre prochain au Kenya bat à nouveau de l’aile. Après la démission d’un des huit membres de la commission électorale ce mercredi, c’est autour du président de l’institution, Wafula Chebukati d’émettre des réserves sur la capacité de la commission à organiser un scrutin fiable et crédible le 26 octobre 2017. Des aveux qui donnent raison à l’opposant Raila Odinga et qui devraient obliger les plus hautes autorités du pays à regarder la réalité en face.

A moins de dix jours de la date du scrutin présidentiel annoncé pour le 26 octobre, l’incertitude plane sur la tenue effective de cette élection. Après la démission de Roselyn Akombe, membre de la commission électorale ce 18 octobre, c’est autour du président de l’institution d’emboucher la trompette de sa collègue en reconnaissant que  « dans les conditions actuelles, il est difficile pour lui en sa qualité de président de garantir une élection juste, libre et transparente ». Cet aveu venant du président de la commission électorale en plus d’apporter de l’eau au moulin de sa collègue Roselyn Akombe, confirme les conditions désastreuses actuelles dans lesquelles les autorités gouvernementales engage leur pays en voulant coûte et coûte organiser le scrutin du 26 octobre. Les élections mal organisées, non crédibles et entachées d’irrégularités sont sources de conflits et de déchirements. Le Kenya a déjà vécu à plusieurs occasions des drames des lendemains d'élections contestées. 

Les déclarations du président de la commission électorale devraient amener le gouvernement garant de la paix et de la sécurité à reporter le scrutin prévu pour le 26 octobre prochain. Outre les dissensions au sein de la commission électorale, le climat reste tendu dans le pays et il suffit d’une étincelle pour mettre à nouveau le feu. Au cours de la conférence de presse qu’il a animée ce mercredi à Nairobi, le président de la commission électorale, Wafula Chebukati a mis en garde les leaders politiques qui n’ont de cesse d’interférer dans le travail de sa commission ou de proférer des menaces contre sa personne.

T.A.S 

 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.