18
Sam, novembre

Tournée africaine : Quel discours sur l’Afrique pour Emmanuel Macron ?

Afrique
Typographie

Pour sa première tournée en Afrique de l’ouest après le mali en mai dernier, le président français, Emmanuel Macron, se rendra finalement  au Burkina Faso en fin novembre prochain. A  Ouagadougou, le numéro 1 français devra délivrer son discours sur l’Afrique. Un événement attendu avec impatience par l’opinion africaine qui veut être bien fixée sur la politique africaine du nouveau patron de l'Elysée.

Annoncée précédemment pour la mi-novembre , la tournée africaine du président Emmanuel Macron qui devrait commencer cette année par le Burkina Faso,  a été différée vers la fin du même mois.  

A Ouagadougou, le président français devrait délivrer un message pour l’Afrique à l’université de Ouaga et rencontrera aussi les leaders de la société civile avant de terminer par un tête-à-tête avec son homologue, Marc Roch Christian Kaboré.

Si la date de l’étape du pays voisin, la Côte d’Ivoire n’est pas dévoilée, celle du Sénégal a été renvoyée au premier trimestre de 2018.

Pour le discours sur l’Afrique, c’est la première fois qu’un Chef d’Etat français décide de rompre avec la tradition, en choisissant une autre capitale africaine au détriment de Dakar au Sénégal qui accueillait ce genre d’appel des présidents français pour le continent.

L’opinion africaine se demande quelle sera bien la teneur de ce discours généralement perçu comme une analyse critique du regard de chaque nouveau président français sur l’Afrique. Ce genre de discours est bien suivi par les intellectuels africains et les réactions fusent dès qu’un excès ou une fausse note apparaît dans le message.

Le président Nicolas Sarkozy en avait bien fait les frais lorsqu’il a osé affirmer depuis Dakar lors du même exercice à son avènement au pouvoir en 2007 que «  l’homme africain n’était pas encore entré dans la civilisation ».

Au mois de juillet dernier, le nouveau président français, Emmanuel Macron, avait ouvert une autre polémique en affirmant lors du dernier sommet du G20 en Allemagne qu' «  avec une famille qui a sept ou huit enfants en Afrique, investissez des milliards, rien ne changera ». En quelque sorte, il posait la problématique de la démographie non maîtrisée en Afrique et qui est perçue, selon lui, comme un facteur du sous-développement.

L’opinion africaine attend donc avec impatience son discours sur l’Afrique. Emmanuel Macron profitera-t-il de cette tribune africaine pour expliquer ses propos de juillet dernier sur l’Afrique à Berlin ? Quelle sera la teneur de l’appel de Ouagadougou ?

Ces différentes interrogations trouveront à coup sûr les réponses idoines auprès du président Emmanuel Macron. Rendez-vous est donc pris pour Ouaga le 27 novembre prochain.

 

 Bernadin MONGADJI

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.