18
Sam, novembre

Gabon : Polémique sur le projet de révision de la constitution

Afrique
Typographie

Le projet de révision de la constitution adopté le 28 septembre dernier par le gouvernement gabonais ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique.  Face aux levées de boucliers contre son texte, l’exécutif tente de rassurer.

Quelques semaines après l’adoption du projet du texte sur la révision constitutionnelle dont le principe a été retenu lors des assises du dialogue national en mai dernier, le gouvernement gabonais fait face à une levée de boucliers sur cette réforme annoncée.

L’une des critiques les plus acerbes contre l’entreprise de réforme constitutionnelle de l’exécutif, est venue de l’opposant, Zacharie Myboto. Pour cette importante figure de la classe politique nationale, « la nouvelle constitution installe au Gabon le règne absolu ».  Le président de l’Union nationale, dénonce une monarchisation insidieuse de la république avant d’ajouter que  le projet de réforme constitutionnelle du gouvernement marque un recul de la démocratie au Gabon et l’instauration d’un régime autocratique.

D’autres voix critiques comme celle du sénateur Christophe Owono Nguema ont enfoncé le clou reprochant au président Ali Bongo de vouloir engager le Gabon dans une monarchie absolue.

Face à ces levées de boucliers, le gouvernement par la voix de son porte-parole a tenté de calmer et d’apaiser. De l’avis du ministre de la communication, « Personne n’a aujourd’hui au Gabon le besoin, l’envie, le désir, de mettre en place une monarchie, fût-elle constitutionnelle. » avant d’ajouter que dans tous les cas, une fois au parlement, le projet du gouvernement pourrait être charcuté par les députés.

Si certains de ces acteurs de l’opposition ont accepté aller au dialogue national qui a arrêté la nécessité de réviser la constitution actuelle, ces derniers disent ne pas se retrouver dans le projet de réforme adopté par l’exécutif et qui ne promeuve pas, de leurs avis, l’alternance et le renforcement de l’Etat de droit.

 

Ces polémiques annoncent des lendemains orageux pour ce projet de réforme constitutionnelle.

Bernadin MONGADJI

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.