18
Sam, novembre

Etats-unis/Investiture du candidat Donald Trump: Le parti républicain évite de peu l'implosion

Amériques
Typographie

Le parti républicain a procédé ce lundi 18 juillet à l'investiture de son cheval gagnant pour la présidentielle prochaine aux Etats-Unis. Sans surprise, c'est le milliardaire Donald Trump qui a reçu l'onction des instances dirigeantes pour défendre les couleurs du parti. Mais contre toute attente, la cérémonie a failli être gâtée par une aile non négligeable du parti, déterminée à faire entendre son opposition à cette candidature.

 

Visiblement, le processus de désignation du candidat républicain à la prochaine présidentielle aux Etats-Unis aura tenu toutes ses promesses. Moult rebondissements et difficiles conciliabules ont jalonné la longue et périlleuse phase des primaires, séquence majeure du processus électoral américain. A l'arrivée, le parti a réussi à colmater les brèches pour accoucher, dans la douleur, une candidature unique, en la personne du milliardaire Donald Trump. Un homme à la réputation sulfureuse qui pour nombre de militants et leaders républicains, passe pour un choux par défaut. Conséquence, le parti  s'en sort également avec des fissures béantes qui risquent de peser lourd dans la balance, à l'heure du décompte.

En effet, contrairement à son rival démocrate qui n'eut pas grand mal à contenir les divergences dans ses rangs, le parti républicain s'est donné des sueurs froides, tout le long du processus des primaires. Le point d'orgue de ces tiraillements a été observé ce lundi, à l'occasion de l'investiture du candidat. Pour marquer leur désapprobation, de nombreuses voix discordantes se sont clairement fait entendre par des huées, avant de se laisser étouffées par celles des inconditionnels de Donald Trump. Même si la cérémonie est allée à son terme, il couve au sein du parti républicain une véritable tragédie qui peut s'avérer fatale au bout du compte. La cérémonie censée célébrer l'unité retrouvée et porter en triomphe l'unique candidat du parti a failli tourner au fiasco, n'eut été l'endurance des participants acquis à la cause du candidat désigné. Cette tension interne ne présage pas d'une campagne apaisée au sein de ce parti qui, à deux reprises, a déjà fait le lit à l'élection du candidat du camp d'en face. A cette allure, Donald Trump aura fort à faire pour rallier à sa cause cette frange frondeuse qui menace d'aller grossir les rangs de l'ennemi. En face, Hillary Clinton, auréolée de la couverture du parti démocrate et du parapluie personnel du président sortant Barrack Obama, trace méthodiquement ses sillons vers la Maison Blanche. S'il est vrai qu'une élection au pays de l'oncle Sam n'est jamais gagnée d'avance, ces dissensions au sein du parti républicain ne feront que fragiliser ce bloc, face au camp démocrate qui compte bien damer une troisième fois consécutive, le pion à son éternel rival. Les prochaines campagnes présidentielles états-uniennes promettent des heures palpitantes.

Bruno O. OTEGBEYE 

 

 

 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.