24
Mar, octobre

Brésil : La présidente destituée, Dilma Roussef crache ses vérités

Amériques
Typographie

Écartée de la présidence du Brésil en mai dernier pour corruption et maquillage présumé de comptes, Dilma Rousseff est finalement sortie de son mutisme ce mardi 26 juillet. Dans une interview qu’elle a accordée à  Radio France Internationale (RFI) , la présidente brésilienne n’a pas fait de cadeau à ses détracteurs. Elle nie en bloc les accusations portées contre sa personne et dit espérer reprendre les commandes de son pays, à l’issue de la procédure judiciaire.

Réélue en octobre 2014, le second mandat de Dilma Rousseff a été secoué par une crise à multiples facettes qui a fini par avoir raison de son endurance. Accusée de complicité de corruption et de maquillage de compte dans une affaire qui implique la compagnie pétrolière nationale Petrobras et des sociétés de Btp, Dilma Rousseff est mise à l’écart du pouvoir depuis mai dernier et remplacée par son vice-président pour 180 jours, en attendant le vote du sénat qui décidera de son sort. Pour autant, la dame de fer du Brésil  n’entend pas baisser les bras et espère revenir à la tête du pays.

Elle l’a clairement exprimé dans l’interview qu’elle a accordée à Marcia Bechara de Rfi. D’entrée de jeu, elle assimile cette crise à une campagne ourdie contre sa personne sur fond de misogynie et de tendance sexiste « Cette misogynie, et ce processus de destitution engagé sans qu’aucun crime n’ait été commis, révèlent une dimension sexiste », s’insurge-t-elle. Déterminée à poursuivre le combat, elle estime que l’objectif visé par ses détracteurs est « d’éviter les enquêtes pour corruption et de l’autre, d’adopter un programme de gouvernement qui n’a pas été adopté par la rue, une réforme extrêmement conservatrice et ultra néo-libérale ».

Pour Dilma Rousseff, elle est  « accusée et jugée pour quelque chose qui n’est pas un crime », estimant que « le ministère fédéral n’a pas considéré qu’il s’agissait d’un crime de responsabilité et il a classé le dossier ». La commission du sénat, poursuit-elle, a montré qu’il n’y avait eu aucune faute intentionnelle. « Ils utilisent cette allégation, car ils n’ont aucun argument pour m’accuser. Du coup, ils inventent un non-crime », accuse-t-elle.

Mais au-delà de cette bataille, déplore-t-elle, c’est tout le système politique du Brésil qui est entrain de s’effondrer «  Quand les parlementaires corrompus ont voté contre la corruption, c’est là que l’hypocrisie a été élevée à son plus haut niveau. Et puis une chose gravissime : ils ont voté pour la torture. J’ai trouvé que c’était un moment très triste pour le Brésil parce que c’était comme si l’Histoire revenait en arrière », s’offusque-t-elle, avant d’enchaîner : « Nous avons entre 35 et 37 partis politiques. C’est une fragmentation, qui s’appuie sur le fait que les partis perdent le sens de leurs propres programmes, et qu’ils ne suivent que des intérêts particuliers. Sans parler du grand nombre de personnes accusées formellement de corruption. Il y a de la part de la population une méfiance généralisée envers les structures politiques. Pour elle, politique est synonyme de pratiques qui sont contre l’éthique. Enfin, la politique, cette activité sans laquelle il n’y a pas de démocratie, est en train d’être disqualifiée, vidée de sa substance. Et les gens ne veulent plus rien savoir. C’est sur ce terreau que germent les soi-disant « sauveurs de la patrie », qui ouvrent la porte à des solutions dictatoriales, de droite, comme cela s’est déjà produit en Amérique latine et au Brésil ».

Les regards sont désormais tournés vers le sénat qui devra délibérer en août sur cette affaire de corruption qui a plongé le Brésil dans une vaste crise juridico-politique sans précédent. En attendant, Dilma Rousseff se dit « certaine que les sénateurs conscients, corrects, attachés à la démocratie et à l’Etat de droit sauront prendre la bonne décision ». En cas de verdict défavorable, elle n’écarte pas l’hypothèse d’une saisine de la  Cour suprême.

Bruno O. OTEGBEYE

 

 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.