07
Sam, décembre

Alerte
Typography

Très peu représentées au sein des instances de prise de décisions au Bénin, elles sont cette fois-ci trois (03) à aller défendre les  couleurs de la gent féminine dans la course à la magistrature suprême  de février 2016.

 Pour la quatrième fois Marie –Elise Gbèdo se présente à l’élection présidentielle du 28 février 2016. Née le 29 Décembre 1954 à Mankono en  Côte d’Ivoire, Marie Elise Akouavi Gbèdo,  Avocate de profession, est une habituée de la course à la magistrature suprême du Benin.  L’amazone des temps modernes, Marie Elise Gbedo, ex-ministre  du commerce sous le régime du feu General Mathieu Kerekou, entre mai 1998 et juin 1999,  revient au gouvernement après son échec à la présidentielle en 2011 et devient sous le régime Yayi  ministre de la justice et porte parole du gouvernement. Portefuille qu’elle occupe pendant 22 mois avant d’être mutée à la tête du ministère de l’industrie, du commerce, des petites et moyennes entreprises. Avec son slogan hwenussu , Marie Elise Gbèdo a ouvert pour la première fois  la candidature féminine au Benin. Elle espère cette fois-ci être portée  à la magistrature suprême dont elle va à la conquête pour la 4ème fois. N’ayant jamais    franchi la barre des 1% des suffrages,  Marie Elise Akouavi Gbèdo a été la première femme  candidate à avoir franchi l’entrée  de la CENA   le lundi 11 janvier 2016.

 Deuxième femme à valider sa candidature pour la présidentielle  de 2016 après  Marie-Elise Gbebo, Célestine Nabéi Zanou est née le 6 avril 1960 à Ouèssè dans le département des collines. Elle appartient à la « génération des indépendances » puisque le Bénin, (ex Dahomey) accèdera à l'indépendance, trois mois après sa naissance. Géographe, et agroéconomiste, elle a été à 37 ans, la première femme et la plus jeune directrice de cabinet d’un chef d’Etat du Benin sous le régime du Général Mathieu Kérekou.  Candidate pour la première fois en 2006, Célestine Zanou, Présidente de la Dynamique du Changement pour un Bénin Debout, a validé sa candidature pour la deuxième fois dans la soirée de ce mardi 12 janvier 2016  à la CENA. Elle dit placer sa candidature  sous le sceau de la foi et du devoir.

  Inconnue du  grand public béninois, Elisabeth Agbossaga épouse  Djawad est  la 3ème représentante de la gent féminine au scrutin présidentiel du 28 février 2016. Présidente du parti UDC-Nounagnon, Elisabeth Agbossaga épouse  Djawad a porté son parti aux dernières élections législatives sans réussir à faire élire un député. Candidate pour la toute première fois, Elisabeth  Agbossaga est entrée à la CENA à quelques heures avant la clôture du dépôt afin de valider sa candidature, ce mardi 12 janvier 2016.

 Stéphane Alia

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.