21
Jeu, novembre

Alerte
Typography

Le procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé s’est ouvert ce jeudi 28 janvier 2016 à la Cour pénale de la Haye. Dès l’ouverture des assises, l’ancien Président ivoirien et son ministre de la Jeunesse et l’Emploi ont plaidé non coupables. Retour sur l’ouverture d’un procès de longue haleine.

Ils ont plaidé non coupables et ne se reconnaissent pas dans les chefs d’accusation avancés contre eux. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont  nié en bloc  dans la matinée du jeudi 28 janvier 2016 à la Cour pénale internationale (CPI) les charges qui pèsent contre eux à l’entame du procès.  Les deux co-accusés doivent répondre de crimes contre l'humanité, avec quatre chefs d'accusation : meurtres, viols, actes de persécution et autres actes inhumains. Ces actes ont été perpétrés pendant la crise postélectorale qui avait touché la Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et avril 2011, qui aurait fait, à en croire l’ONU plus de 3000 morts.

Dès l’entame de son réquisitoire,  Fatou Bensouda, procureure de la Cour a annoncé les couleurs. « L'accusation est aujourd'hui ici pour poursuivre deux hommes (Gbagbo et Blé Goudé). Ils doivent savoir qu'ils répondront de leurs actes", déclare Fatou Bensouda. Elle insiste que son" bureau prouvera au-delà de tout doute raisonnable que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont coupables des actes dont ils sont accusés". Elle compte ainsi exploiter à fond les fruits des  470 heures de vidéo, les 70 000 pages de dossier et les dépositions de 138 témoins. Et  parmi ces derniers, la moisson de la procureure est non négligeable. Il s’agira entre autres de jeunes des Forces de défense et de sécurité (FDS) loyales à Gbagbo, d’’ex-partisans des Jeunes patriotes sans oublier d’anciens ministres. La procureure Bensouda a souligné  que l’objectif de  "ce procès est d'obtenir la justice pour les victimes et assurer qu'il n'y a pas d'impunité pour ceux responsables de ces crimes » avant de préciser que « les charges sont liées aux responsabilités criminelles de Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo ». Il faut souligner que  l’ancien président ivoirien et son co-accusé sont menacés d’une peine pouvant aller jusqu’à 30 ans d’emprisonnement.

Après quelques soucis techniques, l’audience a été suspendue . Mais à voir les nombreuses entorses à la procédure relevées par la défense, on est en présence d’un procès parti pour durer entre un et trois ans selon quelques indiscrétions. Affaire à suivre.

 Christophe SESSOU

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.