27
Jeu, avril

Alerte
Typography

L'église catholique, initiatrice du nouveau dialogue congolais, a sollicité hier, par la voix de l'archevêque Marcel Utembi, le concours de la communauté internationale, pour la mise en œuvre de l'accord politique issu dudit dialogue.

Pour le clergé catholique congolais, l'importance de et accord plaide pour un soutien de la communauté internationale pour sa mise en œuvre. Il l'a fait savoir ce 11 janvier devant le corps diplomatique et la classe politique du pays.

Appel visiblement entendu par Hervé Ladsous, chef du département des opérations de maintien de la paix de l'Onu, qui estime que ''la mise en œuvre de l'accord sera difficile sans la participation de tous." Il se dit également préoccupé par les violences en chaîne qui endeuille le pays, depuis la prise du pouvoir par Joseph Kabila, après l'assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila en 2001.

Le dernier accord politique, signé dans la nuit du 31 décembre dernier, se veut plus inclusif et plus consensuel. Il prévoit notamment la nomination d'un nouveau Premier ministre et la mise en place d'un organe de transition. L'élection présidentielle, pour décembre prochain, ne devrait pas connaître la participation du président Kabiba.

Pour l'instant, certains grincements de dents perturbent l'entrée en vigueur de cet accord, aussi bien dans le camp présidentiel que dans les rangs de l'opposition. 

Bruno O. OTEGBEYE 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.