18
Mer, septembre

Alerte
Typography

Plusieurs milliers de Maliens ont manifesté ce mercredi 28 juin 2017 à Bamako pour le projet de révision de la Constitution proposé par le président Ibrahim Boubacar Keïta. Un projet boudé par l’opposition et la société civile, sous la pression desquelles le chef de l’Etat a reporté sine die le référendum initialement annoncé le 9 juillet.

Plus de 5000 partisans du "Oui" au projet de nouvelle constitution voulue par le président Ibrahim Boubacar Kéïta, se sont rassemblés ce mercredi 28 juin au Palais des sports de Bamako, à l’appel d’une vingtaine d’associations de jeunes, selon un correspondant de l’AFP. "Nous sommes venus ici pour montrer que nous aimons notre pays le Mali", a déclaré à la presse, Issoumaila Diallo, président de la plateforme pour le "Oui" au référendum.

Selon un autre membre de cette plateforme, Moussa Goro, "la réforme constitutionnelle est nécessaire pour permettre l’application de l’accord de paix" signé en mai-juin 2015. "La Constitution de 1992 mérite un toilettage, parce que le Mali évolue. Les partisans du non doivent revoir leur position", a ajouté M. Goro.

La révision de la Constitution, la première depuis 25 ans, vise notamment à mettre en oeuvre certains engagements de l’accord de paix signé entre le gouvernement, les groupes armés pro Bamako et l’ex-rébellion à dominante touareg du nord du pays, et prévoit la création d’un Sénat et d’une Cour des comptes.

Depuis la convocation le 7 juin d’un référendum sur la nouvelle Constitution, l’opposition et des organisations de la société civile se sont mobilisées contre ce texte, qui confère trop de pouvoirs au chef de l’Etat, selon ses détracteurs. Face à cette levée de bouclier, le chef de l'Etat a reporté, il y a une semaine, le référendum constitutionnel prévu pour le 09 juillet prochain.

Christophe SESSOU / beninmondeinfos.com

 

 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.