18
Mer, septembre

Alerte
Typography

L’ancien ministre ivoirien, Assoa Adou, proche de l’ex président Laurent Gbagbo, a été condamné ce mardi 18 juillet à quatre ans de prison pour “trouble à l’ordre public”, par la cour d’Assises d’Abidjan.

4 ans d’emprisonnement et une amende de 200.000 FCFA. C’est la peine retenue contre l’ex-ministre Assoa Adou, par la cour d’assises d’Abidjan. Ce cadre du Front populaire ivoirien (FPI)  de l’ex-président de Laurent Gbagbo écope de cette sanction  pour « troubles à l’ordre public ».

M. Adou qui était poursuivi pour « complot contre l’autorité de l’Etat, organisation de bandes armées et de détention illégale d’armes, a été « reconnu non coupable » de ces faits, a expliqué Me Ange Rodrigue Dadjé, l’un des avocats de l’accusé. Selon Me. Dadjé, Assoa Adou a été condamné pour « troubles à l’ordre public pour des raisons politiques afin de le mettre hors jeu », qualifiant la décision de« bizarre ».

La “responsabilité pénale (d’Assoa Adou et des autres accusés) est établie” a souligné de son côté l’avocat de la partie civile, Me Soungalo Coulibaly. M. Adou était jugé en même temps que sept autres personnes, présentées comme “des complices” des faits.

L’avocat général Drissa Soro avait requis 10 ans de prison contre M. Adou, détenu depuis 2015.

M. Adou avait intégré le camp des “historiques” des cadres du Front Populaire Ivoirien (FPI) à son retour d’exil du Ghana en novembre 2014. Trois cadres du FPI de ce camp “historique”, dont deux sont incarcérés depuis deux ans, ont été condamnés le 26 mai à 30 mois de prison, également pour “trouble à l’ordre public”.

Laurent Gbagbo est écroué depuis fin 2011 à La Haye, où il est jugé par la Cour pénale internationale (CPI) pour “crimes contre l’humanité” présumés commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire.

Christophe SESSOU /beninmondeinfos.com

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.