18
Mer, septembre

Alerte
Typography

Une brigade de gendarmerie a été attaquée tôt ce samedi 22 juillet à Azaguié, ville située à une quarantaine de kilomètres d’Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire. Cette attaquée, menée par des individus non encore identifiés, intervient deux jours après celle d’une école de police à Abidjan.

Les tirs à l’arme lourde ont commencé dans la ville d’Azaguié dès 2h00 du matin, selon un habitant de la localité, cité par le site d’information voaafrique.com. Selon cet habitant qui a requis l’anonymat les coups de feu se sont intensifiés vers 2h30, obligeant tous les habitants à se terrer jusqu’au petit matin.

Un officier de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire qui a décidé de garder l’anonymat a confié à nos sources, qu’une équipe de l’unité d’intervention de la gendarmerie nationale et une équipe de la brigade de sécurité de la gendarmerie ont été dépêchées sur les lieux pour intervenir.

" Il s’agit une fois de plus des personnes non encore identifiées. Les tirs dans la ville et à la gendarmerie ont duré plus de 3 heures. Les assaillants étaient à plus d’une dizaine habillés en tenue civile et portaient des cagoules. Pour l’heure, aucun dégât en termes de vies humaines et de blessés n’a été enregistré mais la gendarmerie a été saccagée et quelques armes emportées," indique l’officier.

Cette attaque fait suite à celle d’une école de police, 48 heures plus tôt à Abidjan. Ces attaques, associées aux incessantes mutineries ayant ébranlé la Côte d’Ivoire, indiquent que  ce pays peine à tourner la page, six ans après la fin de la crise post-électorale.

Christophe SESSOU / beninmondeinfos.com

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.