22
Dim, octobre

Alerte
Typography

Incarcéré depuis un peu plus de deux ans pour son implication présumée au putsch manqué de septembre 2015 dans son pays, le Général Djibril Bassolé, a été mis en liberté provisoire ce mardi 10 octobre.

L’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré et un de ses derniers fidèles, le Général Djibril Bassolé  est sorti ce mardi 10 octobre 2017 de la Maison d’arrêt et de la correction des armées ( Maca) où il était détenu depuis  un peu plus de deux ans. Celui qui était ministre des Affaires étrangères à la chute de Blaise Compaoré était poursuivi par la justice militaire burkinabè pour trahison dans le cadre de l’enquête sur le coup d’Etat raté de mi-septembre 2015 visant à renverser la Transition politique dirigée alors par le président Michel Kafando.

Il y a quelques mois, le Groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut commissaire aux droits de l’Homme des Nations unies, s’était prononcé en faveur d’une libération immédiate du Général Bassolé jugeant arbitraire l’arrestation et la détention du dernier ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré.

En juillet dernier, le juge d’instruction avait lui aussi abandonné la quasi-totalité des charges retenues contre le Général Bassolé à savoir : attentat à la sûreté de l’Etat, association de malfaiteurs, meurtres, coups et blessures volontaires etc.

Le 25 octobre prochain, une nouvelle audience devrait s’ouvrir au niveau de la chambre de contrôle et  statuera sur la confirmation ou non des charges retenues contre les 107 inculpés, civils et militaires dans ce procès  dont le Général Gilbert Dienderé toujours en détention.

La mise en liberté provisoire du Général Djibril Bassolé, selon les mêmes sources, a provoqué l’indignation de certaines organisations de la société civile qui ont aussitôt appelé à manifester contre cette décision.

 

T.A.S

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.