22
Dim, octobre

Alerte
Typography

Alors que l’opposition togolaise a annoncé de nouvelles manifestations dans les rues les 18 et 19 octobre pour dénoncer la réforme constitutionnelle, le gouvernement vient d’interdire les marches en semaine et n’autorise que celles en week-end.

Cette nouvelle décision du gouvernement coupe l’herbe aux pieds des leaders de l’opposition  qui ont convoqué déjà leurs milliers de partisans pour de nouvelles manifestations les mercredi et jeudi prochains à Lomé mais aussi dans les provinces. Le communiqué rendu public par le ministre de l’Administration territoriale précise que l’opposition ne peut organiser des marches du lundi au vendredi sauf en week-end et que seuls les meetings étaient autorisés.

Mais le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre annonce déjà qu’il bravera cette interdiction du gouvernement avant d’indiquer que les manifestations prévues pour les mercredi 18 et jeudi 19 octobre auront bel et bien lieu. Une perspective qui annonce déjà un bras de fer ou des échauffourées entre partisans de l’opposition et forces de sécurité la semaine prochaine.

 

Depuis deux mois, 14 partis de l’opposition sont mobilisés et enchaînent les manifestations dans le but d’exiger l’alternance au pouvoir d’Etat et le retour à la constitution de 1992 qui garantit, selon eux, cette alternance. L'opposition se dit hostile à un référendum qui permettrait au président Faure Gnassingbé de briguer les élections de 2020 et de 2025 au motif que le clan Gnassingbé a confisqué le pouvoir d'Etat depuis cinq décennies.

T.A.S

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.