18
Sam, novembre

Alerte
Typography

A la faveur d’une intervention sur les ondes de Radio France internationale (RFI), Me Hubert Ngulandjoko, un des responsables de l'Observatoire congolais des droits de l'homme s’est insurgé contre les conditions précaires de détention de miliciens, présumés innocents, dans la prison de Kananga (région du Kasaï-Central). Aussi, l'avocat se préoccupe-t-il de la date de leur procès, qui n'a toujours pas été fixée.

 Ils sont près de 200 miliciens, présumés innocents, à être gardés dans la prison de Kananga dans des conditions difficiles. Ce qui n’est pas du goût de l'Observatoire congolais des droits de l'homme, qui, de plus, dénonce une lenteur judiciaire dans cette affaire.

« (..) L’auditorat qui les a arrêtés et les a placés dans ces conditions, aurait dû prendre soin de les présenter devant leurs juges naturels lesquels ont l’aptitude (…) de voir qui condamner et qui acquitter parce que l’opinion veut savoir qui est milicien et qui ne l'est pas... », a déclaré Me Hubert Ngulandjoko, un responsable de l'Observatoire congolais des droits de l'homme interrogé par RFI.

L’avocat ajoute également que son Ong ne croit pas que tous les présumés miliciens détenus soient vraiment des gens coupables de ce qu’on leur reproche.

Il demande, à cet effet, que les mis en cause comparaissent devant leurs juges, et que la justice de son pays rende un verdict juste afin d’apaiser toutes les inquiétudes.

 Ariel GBAGUIDI / beninmondeinfos.com

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.