10
Lun, décembre

Centrafrique : Le défi économique fait courir le président Touadéra

Economie
Typographie

Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra est depuis dimanche dernier, l'hôte du président ivoirien, Alassane Ouattara. Cette visite s'inscrit dans le cadre de l'offensive économique qu'il mène depuis qu'il a pris les rênes de la République centrafricaine. A l'agenda des discussions, une rencontre avec le président ivoirien, et des discussions avec la Banque africaine de développement (Bad).

Le président centrafricain est déterminé à sortir son pays de l'ornière, après plusieurs années de conflits interethniques et confessionnels qui peinent à cicatriser. Les visites au sommet de l’Etat qu'il multiplie depuis peu, l'ont conduit ce dimanche, à Abidjan, après Ouagadougou, il y a quelques semaines. A Abidjan, l'objectif du président centrafricain est sans équivoque: solliciter le leadership du président Alassane Ouattara, pour gagner la confiance des investisseurs, dans le cadre du vaste chantier de reconstruction de son pays dévasté. "Nous sommes venus demander le soutien du président Alassane Ouattara afin qu’il utilise son leadership pour porter la voix de la Centrafrique auprès des investisseurs", plaide-t-il, à l'issue d'un tête-tête avec le président ivoirien. Il annonce d'ailleurs l'organisation imminente d'une conférence des bailleurs à Bruxelles. 

Le chef de l'Etat ivoirien n'est pas resté insensible à cette démarche. Après ses succès élogieux dans la reconstruction de la Côte-d'Ivoire précédemment détruite par plusieurs années de conflits, Alassane Ouattara a bien de l'expérience à revendre à Archange Touadéra. "la RCA sort d’une crise sérieuse. Ce sera l’occasion d’échanger sur notre expérience", a répliqué le président ivoirien, disposé à aider son homologue et hôte.

Autre pan important de cet agenda économique, la rencontre avec les responsables de la Banque africaine de développement (Bad). Au menu, le financement d'une partie du programme de sortie de crise. Le président centrafricain veut rallier l'institution bancaire continentale au vaste projet de relance économique de son pays. "Nous allons bientôt à la conférence des donateurs-bailleurs à Bruxelles. La crise centrafricaine qu’on a voulu transformer en crise confessionnelle est d’abord un problème de sous-développement, et donc l’apport de certains bailleurs partenaires pourrait aider au relèvement du peuple centrafricain", assure-t-il.

Bruno O. OTEGBEYE 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.