07
Sam, décembre

Réfection du stade Mathieu Kérékou et du Palais des sports : La Chine et le Bénin signent un protocole d’accord

Sport
Typographie

Après plus de 30 ans d’existence, le stade de l’Amitié Mathieu Kérékou et le Palais des sports de Cotonou vont subir une réhabilitation. Pour ce faire, il a été procédé ce 30 mars 2016, dans la salle de conférence du palais des sports, entre les  parties chinoise et béninoise, à la signature du procès-verbal d’un accord devant conduire à la réhabilitation des deux infrastructures sportives.

Inauguré en novembre 1982, le stade de l’Amitié de Kouhounou, désormais baptisé «stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou», après 34 ans d’existence, va recevoir quelques réaménagements afin de répondre aux exigences des normes internationales. Une noble décision prise par le Bénin et la  Chine. Les deux parties ont travaillé pendant plus de deux ans dans un esprit de fraternité pour que le procès-verbal de l’accord soit consensuel. Pour Chabi Koto Kpéra, directeur général de l’Office béninois des stades du Bénin (OGSB), les premiers bénéficiaires sont les usagers qui seront désormais dans les meilleures conditions. Pour la réussite des travaux, 17 experts chinois sont dépêchés au Bénin. A en croire, Ma Genxi, Chargé aux affaires économiques et commerciales de l’Ambassade de Chine, la réfection du stade sera financée par la partie chinoise. Pour lui, cette réfection  est le signe du bon partenariat entre les deux pays car, dit-il, « la Chine accorde de l’importance aux engagements liés à la coopération. Il a rassuré que les travaux se feront sans contrepartie ».  « Le stade a fait son temps et nos partenaires ont constaté sa dégradation », a martelé  Antoine Attikpa, Secrétaire Général du Ministère des sports et représentant le ministre Affo. Selon lui, le procès-verbal élaboré est un document qui servira à la réhabilitation de ces infrastructures. « Ce procès-verbal est très important et il tient lieu de contrat, un document de référence pour l’exécution des travaux », a-t-il fait savoir avant de souhaiter que les travaux finissent le plus vite possible et aillent à leur fin dans le temps imparti.

 

Une réfection mais….

En attendant l’entame des travaux, comme on peut le prédire, la réfection du stade serait loin de redorer le blason de l’infrastructure. Car, l’ouvrage serait toujours loin de répondre aux normes internationales en matière de retransmission de différentes compétitions sportives. En effet, pour une véritable couverture médiatique, il faut une trentaine de caméras pour rendre visible l’invisible avec une disposition conçue au préalable. Mieux, les journalistes reporters  doivent avoir un accès facile à Internet et  ne jamais être confondus aux supporters.  Mais au stade de l’amitié de Kouhounou, c’est tout le contraire. Le stade connaîtra une réfection mais loin de satisfaire à toutes les normes.

Damien TOLOMISSI

 

 

 

Annonce

Nous suivre

Inscrivez-vous gratuitement à notre liste de diffusion et soyez notifié dès qu'une nouvelle information arrive.